Édito
 
 

Décidément...

Content de vous retrouver pour ce 150ème numéro de la News des Mines ; quinze ans qui l’eut cru ? Cette longévité serait-elle un encouragement à rester optimiste en cette rentrée de tous les dangers ; rentrée où, whisful thinking aidant, il vaut mieux s’accrocher à l’idée que les périodes de crise sont fertiles en remises en cause salvatrices et en opportunités prometteuses.
La mort récente de Jean-Luc Godard aura sans doute donné l’occasion à certains d’entre vous de revoir ou de découvrir ses films les plus emblématiques. Pour moi ce fut « A Bout De Souffle » et cette réplique culte de Jean-Paul Belmondo s’adressant à Jean Seberg:  
- Hé ça me rappelle l’histoire du condamné à mort
- Raconte
- Il monte sur l’échafaud, glisse sur une marche et dit : Décidément!
 Et oui, décidément les nuages s’accumoncellent et trop c’est trop. Covid, canicules, sécheresses, inondations, feux de forêt, famines,  inflation, guerre, démocraties fragilisées (A bout de souffle) et, goutte de trop, la mort de la reine Elisabeth! Saurons-nous être résilients et solidaires pour à la fois préserver des conditions de vie humaines sur terre et défendre nos valeurs?
Parmi les raisons d’y croire, l’attitude des jeunes diplômé.e.s de nombreuses grandes écoles lors de la remise des diplômes au printemps 2022. Jean-Louis Bianco (P63), se demande dans un libre propos, si leurs prises de paroles sont anecdotiques ou le signe d’un changement profond.
 
Parmi les raisons d’y croire, la solidarité encore fragile des pays européens dans la défense des valeurs occidentales face à l’agression russe ; solidarité qui va faire appel, comme nous y prépare le Général François Vernoux (N84),  à nos capacités de résilience face aux restrictions de pétrole et de gaz cet hiver.
Parmi les raisons d’y croire, bien que plus controversée, la transformation énergétique du parc automobile abordée par Jacques Batail (P 73-CM 76) dans notre forum sur l’énergie.
Et, si nécessaire, pour nous aider à y croire, pourquoi ne pas s’inviter à la table du « Tonneau Gourmand » ouvert il y a 10 ans dans l’écocentre de Crolles (à 20km de Grenoble) par Joël Féraud (N89) qui se définit comme caviste alternatif et cave à manger ?
Décidément... 
Stéphane Tencer (N66)
 
Sommaire :
         –  Jean-Louis Bianco (P63), Prises de parole des jeunes diplômés : anecdotique ou signe d’un changement profond ?
         –  Joël Féraud (N89), Le Tonneau gourmand fête ses 10 ans
         -   Jacques Batail (P 73 - CM 76), Forum: L’énergie c’est compliqué : L’automobile, la complexité du monde et la schizophrénie
 
 Pour mémoire les opinions exprimées dans la News des Mines n’engagent que leurs auteurs
 
 
 
 
 
ACCÈS AU PDF
 

 Lien de téléchargement : la-news-des-mines-150-septembre-2022

 

 

 
 
 
 
INTERVIEWS & LIBRES PROPOS
 
Prises de parole des jeunes diplômés : anecdotique ou signe d’un changement profond ?
 

A l’occasion des cérémonies de remise des diplômes 2022 d’AgroParis Tech et de HEC un vent nouveau a soufflé : chacun à leur manière, des étudiants largement applaudis ont dérogé aux usages. Non seulement pour remettre en cause l’enseignement qui leur avait été dispensé, mais surtout pour interroger leur rôle à l’avenir au sujet du changement climatique.

Ils ont été rejoints sous d’autres formes par Sciences Po, Centrale Nantes et Polytechnique, avec des tonalités parfois différentes. A HEC, le formalisme des tenues à l’anglo-saxonne, un anglais impeccable pour l’allocution de Anne-Fleur Goll, 3000 spectateurs enthousiastes, une direction de l’École qui tente d’accompagner le mouvement. Climat plus tendu à AgroParisTech où un orateur parle de « déserter ». A Polytechnique la moitié de la promotion tourne le dos au parrain de la promotion, le PDG de Total, dans le contexte tendu de l’implantation d’une salle Total sur le campus.

Les réactions étaient prévisibles. D’un côté, des frissons émus, une forme d’admiration pour ces jeunes calmes mais déterminés à faire passer un message. De l’autre, on ironise sur ce qui peut passer pour une autopromotion narcissique de privilégiés qui surfent sur un effet de mode.

Regardons de plus près le raisonnement auquel semblent se rattacher ces prises de paroles et que l’on peut retrouver dans le « manifeste étudiant pour un réveil écologique » qui a été signé par plus de 30000jeunes.

1) les engagements individuels ne suffisent pas :  à quoi sert-il de se déplacer à vélo, quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l’activité contribue à l’accélération du changement climatique ou à l’épuisement des ressources ?

2) nous sommes les rouages du système, ce qui fait que le système ne peut fonctionner sans nous ;

3) mais nous ne pouvons pas agir seuls, nous avons besoin d’«embarquer » les décideurs politiques et...


 
 
Le Tonneau Gourmand a 10 ans!
 

Interview réalisé par Laurent Courdavault (E85)

 

Joël, tu es de la promo N89, depuis quand as-tu ouvert le Tonneau gourmand ?

Il a ouvert le 28/9/2012, on fête les 10 ans cette année.

Qu’est-ce qui t’a poussé à rentrer dans cette aventure ?

J’étais développeur sur la plateforme Java chez Sun microsystèmes, je développais des librairies internes pour ce langage. C’était une bonne boite à l’époque, elle avait démarré dans un garage comme beaucoup d’autres, et j’avais beaucoup admiré Sun quand j’étais étudiant, c’était carré, c’était classe. J’y suis rentré en 1998 et je suis resté 10 ans. Bonne équipe, travail intéressant, mais – il y avait un mais – ça ne me convenait pas en termes de sens, ça ne me comblait pas, je n’y trouvais plus de satisfaction, personnelle, ça ne me correspondait plus, c’était trop déconnecté de la réalité. Je voulais faire quelque chose de plus concret, plus en lien avec la terre au sens large, dans les choses que j’aime. Comme j’aimais bien le vin, les vignerons, le travail de la vigne, c’était une piste. J’aimais bien aussi tout ce qui était gastronomie, au sens des bons produits bien préparés, les produits du terroir de qualité, je me suis dit que j’allais aller dans ce domaine. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain, ça m’a pris 3 ans de maturation avant de quitter Sun. Il fallait aussi attendre l’occasion, qui s’est produite en 2008, avec une restructuration et un plan de départ volontaire, et je me suis décidé en 2 mois : ça m’a permis de partir avec un package, qui comprenait des formations payées et un accompagnement.

Tu as donc pu faire une première formation?

Oui, il y en avait une très bien à Autrans-Méaudres, dans le Vercors, près de chez moi, qui forme dans les métiers du tourisme rural, notamment cuisinier du terroir, qui correspondait vraiment à ce que je recherchais.

Et pour...


 
 
Forum: l'énergie c'est compliqué
 

Les questions liées à l'énergie seront centrales dans les années qui viennent. Le sujet est complexe et a trop souvent donné lieu à des prises de position expéditives ou réductrices, dans un sens comme dans   communauté des Mineurs il y a sûrement des compétences en la matière, ou alors c'est à désespérer de nos filières d'excellence :-). Vos contributions à ce forum lancé en janvier, nous encouragent à le poursuivre. Sa pérennité ne tiendra qu’à vous.

 Voici la contribution de Jacques Batail (P 73-CM 76)

 

  

L’AUTOMOBILE, LA COMPLEXITE DU MONDE ET LA SCHIZOPHRENIE…

 

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt la contribution d’Alain Verlière, parue dans la News de juin et intitulée « La voiture à l’hydrogène, vite ! » : elle m’a semblé remarquable de clarté et pour autant que je puisse en juger, très pertinente dans ses analyses, en particulier lorsqu’elle distingue finement les besoins de transport et les solutions différenciées qu’appellent ces besoins… En outre, cette contribution m’a semblé stimulante et à cet égard, elle peut susciter de multiples réactions des lecteurs de la News ; et de fait, voici quelques observations de ma part…

 Le véhicule électrique à batterie permet-il de lutter contre le changement climatique ?

Verlière a signalé les inconvénients du véhicule à batterie : faible autonomie, durée des recharges, besoin de puissances électriques intenses, grande dépendance vis-à-vis de ressources rares, lointaines et étrangères (« le lithium et le cuivre sont extraits hors du territoire national, le leader mondial des batteries est chinois »…). A. Verlière aurait également pu mentionner le coût des véhicules à batterie. Je crois qu’il faut enfin poser cette question : dans quelle mesure l’automobile électrique à batterie concourt-elle vraiment à la lutte contre le changement climatique ?

À cet égard, les résultats divergents des études montrent la complexité de...


 
 
Billet d' ici, septembre 2022
 

Au JT, la mort de Gorbatchev est expédiée en 2 minutes, et on passe, avec force radio-trottoirs à l’appui, au sujet sérieux entre tous : le prix de l’essence. Poutine quant à lui exprime sobrement ses « sincères condoléances ». On ne saurait mieux dire : bon débarras.

***

Une interview de Jancovici, le très médiatique expert en énergie et climat. Son côté je-sais-tout est parfois agaçant: empreinte carbone, épuisement des ressources naturelles, biodiversité et dérèglements divers, tout y passe. A un moment il cherche, avec l’aide des deux journalistes (curieux et compétents, c’est à signaler) une traduction au mot empowerment. Il n’a pas trouvé – ou on n’a pas noté ce qu’ils ont trouvé. Mais c’est là qu’il est totalement légitime : quand il ne sait pas, ou quand ce qu’il sait ne le satisfait pas, il continue à chercher.

***

Les économies de ressources et les gestes quotidiens. Sous la douche, on a besoin de trois mains. Une pour tenir la pomme, une pour appuyer sur le poussoir du truc à savon liquide, une pour récupérer le savon. Solution : appuyer sur le poussoir avec les doigts d’une main et recueillir le savon avec le pouce – en plus, on est sûr de n’en avoir que la quantité strictement nécessaire. C’est ce qui s’appelle prendre sa douche sur le pouce.

***

Des piscines publiques ferment, pour cause de facture énergétique qui s’envole. Plus de piscines, plus de polémiques sur le burkini : c’est le débat public qui en prend un coup, sans parler de l’industrie textile qui va arrêter de fabriquer des burkinis. Tout fout le camp. Une bonne nouvelle quand même : l’équipe de foot de Monaco a renoncé à prendre l’avion pour aller jouer à Nice.

***

Arrête ton char, Galtier ! L’affaire du char à voiles renvoie la guerre en Ukraine et la crise énergétique au rang d’aimables plaisanteries. Les faits : l’entraîneur du PSG avait émis l’idée que le char à voile pouvait être envisagé comme moyen de locomotion pour les déplacements de son équipe. Disons-le tout de suite : les dirigeants du PSG sont totalement blanchis. Ils viennent de révéler qu’ils ont confié à un cabinet de conseil une étude (dont le montant n’a pas été révélé) qui conclut que dans la très grande majorité des cas le char à voile n’est pas le moyen de transport le plus adapté. On respire…

***

Funérailles de la reine Elizabeth II: Léon Zitrone nous manque ! Qui est Zitrone, demandent les jeunes générations ? Il y a manifestement une lacune dans les programmes scolaires, rubrique histoire des civilisations. N’empêche, même sans Zitrone c’était pas mal, on a eu notre compte de cortèges et de processions, de vivats et d’apparat, de pompe et de circonstances…

Jean-Frédéric Collet (N68)

 
 
 
 
Ils Nous ont demandé d'en parler
 
 

En amont de la journée du 13 octobre dite de la résilience, le salon PREVENTICA LYON vous propose d’assister à un colloque organisé par le club Intermines gestion de crise.

Ne pas rompre sous la contrainte et faire face pour mieux rebondir.

Les conférences expliquant cette définition seront illustrées par un retour d’expérience de la résilience d’une pharmacie hospitalière lors du plan blanc COVID et une étude de résilience face au réchauffement climatique.

Tous les détails en cliquant ici 

Général François Vernoux (N84)

Président du club Intermines Gestion de Crises

 

 
 
 
 
Agenda
Mercredi 28 septembre
Webinar Carrières * Recruter de nouveaux leaders pour le monde de demain ?
 

Une recruteuse "décoiffante" : Solenn est spécialisée dans la détection des profils atypiques et à...


 
 
 
 
La boite à mails
 
 

Bonjour,

L’écriture inclusive n’a pas du tout sa place dans une communication du réseau d’anciens de notre belle école. Je trouve ça choquant. Nous sortons d’une école française, parlons français, sans fautes.

Bien à vous,

Marc de Richecour (E18)

 ***

Bonjour,

Les récentes prises de position des élèves d’AgroParisTech et d’autres écoles sont un signe d’une évolution importante.

Ces manifestations collectives, même si leur forme est discutable, sont en cohérence avec le mouvement de fond qui affecte les choix professionnels de nos jeunes camarades.

Ceux-ci sont clairement de plus en plus nombreux à donner de l’importance à des critères de respect des équilibres écologiques ou d’utilité sociale.

Ce mouvement est ressenti par les employeurs. On note par exemple que les entreprises de l’économie sociale et solidaire reçoivent des candidatures tout à fait nouvelles pour elles.

Ne concernant pas que les débutants, ce mouvement se manifeste par des « changements de cap » qui sont plus que des cas isolés.

Cette évolution sociale majeure est bien prise en compte par l’École des Mines de Paris (de même que ses sœurs que je connais moins) pour actualiser le cursus proposé aux élèves.

La lecture des « News » est un des moyens de rester un peu au contact de nos jeunes camarades.

 François Duffaut (P 58)

***

Chers amis,

J’ai lu en effet avec un peu d’étonnement, les échos des réactions des jeunes diplômés sur l’adaptation insuffisante de la formation qu’ils ont reçue face aux urgences climatiques. Je suis tenté de répondre que la formation ne s’arrête pas à ce qu’ils ont appris à l’école, mais que toute leur vie ils auront à partir de ces bases, comme leurs aînés, à s’adapter à des changements imprévisibles, et que précisément les bases d’éducation générale qu’ils ont eu le privilège de recevoir au cours de leur passage dans les grandes écoles les préparent en principe mieux que d’autres à y répondre. La révolution informatique, la domestication du nucléaire, la mondialisation des échanges…ont été les défis de la génération qui s’efface progressivement. Je n’ose croire qu’ils aient peur des défis de demain, quels qu’ils soient. 

Gérard Bauguin (N 64)

***

Bonjour,

Merci et bravo à l'équipe de la news de tenir bon face aux boomers qui feraient mieux de se soucier de l'avenir de leurs petits-enfants.

Bonnes vacances, 

Yoann Hodeau (E06)

***

Bonjour,

Quelques réactions très en retard…

Remise en cause du modèle économique par les élèves des « grandes » écoles

Mon fils est sorti d’une grande école de commerce il y a quelques années et est très concerné par la dimension d’exploitation (des hommes) et par la démolition de la planète conséquence de notre économie actuelle. Je peux vous dire qu’il se sent très seul parmi cette « élite », et même par rapport aux jeunes de son âge en général. Trouver sa juste place dans le monde actuel, en accord avec ses principes éthiques est très compliqué. Son salaire actuel est au ras des pâquerettes, vu son niveau de compétence. Il assume mais c’est bien un de seuls de sa promo (et quand on pense aux centaines d’élèves sortant de cette école tous les ans...).  Alors la vague de remise en question des futurs dirigeants ? Je pense à la chanson de Brel « Les bourgeois… », on sait comment elle commence et comment elle finit ☹

La voiture à hydrogène

Et oui, mais produire de l’hydrogène consomme aussi des ressources. Avec uniquement des énergies renouvelables ? Sans le nucléaire ? J’en doute. Pour un rendement de 30%, misérable. Encore une voie où s’engouffrent les constructeurs automobiles pour sauver leur peau. L’innovation en rupture technologique sauvera peut-être le deal, hmmm pas prouvé. Mais si on pensais déjà à réduire nos déplacements et/ou à les faire autrement ? Quand je pense à tous les cadres et autres qui prennent à nouveau l’avion pour leurs vacances, cela me laisse rêveur… Oo.(8-) icône inventé : un petit nuage au-dessus d’un visage heureux (sic) 

Alain (N79)

***

Bonjour,

Je ne pouvais pas lire le dernier numéro sans réagir au sujet que vous avez traité et aux réactions qui ont suivi. Vous publierez ou ne publierez pas, à vous de voir… En tout cas je continuerai à vous lire !

Bien amicalement, 

Tempête dans un verre d’eau

Cruel courrier les lecteurs… A l’issue d’une vie confortable et égoïste faite de collections de biens mobiliers et immobiliers, de voyages en avion, et de beaucoup de robots asservis, comme dirait « Janco », arrive une paisible retraite qui laisse le temps de lire tranquillement la News des Mines au bord de la piscine tout en ayant confusément l’impression que la course de...


 
 
 
 
BONUS TRACK
 
 

  

 

 

 
 
 
 
NOUS CONTACTER
 
*
 

Adresse pour nous contacter : 

news-des-mines@inter-mines.org