Retour au numéro
Vue 1227 fois
avril 2020

Faire front ensemble

Chaque jour repousse les limites de ce qui était encore inimaginable hier ou avant-hier. En janvier, nous voyions l’épidémie de très loin et nous la pensions cantonnée à la Chine. En février, les questions et les inquiétudes ont monté.

En mars, tout a basculé. L’Italie, l’Espagne très durement touchées. La France également. L’Europe. De très nombreux pays dans le monde. Et à l’heure où nous nous apprêtons à lancer l’impression de ce numéro, nul ne sait dire quelles proportions elle va prendre.

Nous voici maintenant tous confrontés à cette épidémie, devenue pandémie, qui change radicalement nos vies.

Certains d’entre nous contribuent au quotidien aux soins apportés aux malades, aux supports nécessaires à tous les soignants, à la production et à la logistique pour le matériel médical.

D’autres assurent avec leurs équipes les services essentiels : alimentation, distribution des énergies, de l’eau potable, collecte et traitement des déchets, transports, logistique, réseaux internet, services publics… D’autres imaginent des solutions inédites pour répondre à l’urgence. D’autres enfin se portent volontaires là où sont les besoins.

Et tous nous intégrons dans nos pratiques ce qui est nécessaire pour freiner et limiter la propagation de l’épidémie : télétravail, gestes barrière, protections spécifiques, déplacements ramenés au strict minimum indispensable…

C’est bien sûr aussi dans nos vies personnelles que vient rentrer l’épidémie.

Certains d’entre nous sont directement éprouvés. Nous avons désormais tous autour de nous des proches qui sont affectés. Et nous sommes inquiets pour ceux qu’elle pourrait emporter.

 

Alors faisons front, et faisons front ensemble. Applaudissons chaque jour nos soignants.

Appelons chaque jour nos parents, nos enfants, nos amis.

Inventons et développons tout ce qui peut nous permettre de moins subir.

Soyons solidaires partout où nous pouvons. Imaginons de nouveaux rituels pour retrouver de la convivialité : télécafé, téléactivités, chant ou danse au balcon…

Fallait-il sortir ce numéro de la Revue ? Nous nous sommes bien évidemment posé la question, dans la mesure où nous avons conscience que son contenu, préparé depuis plusieurs semaines, risquait inévitablement d’être perçu comme futile et décalé au regard des impacts majeurs de l’épidémie. Par égard envers l’ensemble des contributeurs, nous avons toutefois fait mi-mars, alors que les mesures de confinement se mettaient en place en France, le choix d’en maintenir la parution. Nous espérons que vous y trouverez de l’intérêt. Et nous espérons que ce choix vous paraîtra légitime.

 

De façon symétrique, Intermines, vos Associations, les Clubs, les Groupes s’attacheront à continuer leurs activités tout le temps que durera l’épidémie, et ces activités prendront bien sûr d’autres formes.

Et si vous-même, dans le contexte de cette épidémie, vous avez des idées, des propositions, des témoignages, alors n’hésitez pas, nous n’attendrons pas pour les faire vivre, et nous pourrons également nous en faire l’écho dans le prochain numéro de la Revue.

Faisons front ensemble, inventons de nouveaux modes, prenons soin de nos proches et protégeons les autres.

 

À très bientôt. Bien à vous tous.

 

 

DIDIER PERRIN (P 1985), Rédacteur en Chef

Le 24 mars 2020

Auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.