Retour au numéro
Vue 62 fois
mars 2022

Corentin, Philippe et Jean

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous, Européens, sommes attachés à construire un espace de paix fondé sur la dignité humaine, la démocratie, l’état de droit, un modèle social protecteur et la conviction des bienfaits d’une libre circulation des biens et des personnes. 

À l’issue de la chute du mur de Berlin en 1989 et de la dislocation de l’Union soviétique en 1991, nous avons retrouvé dans cette construction la moitié oubliée de l’est de l’Europe.

Nous avons aussi fait des choix stratégiques :

  • une large délocalisation de notre production vers l’Asie, et vers la Chine en particulier,
  • une défense militaire sous couvert des États-Unis,
  • des systèmes, des réseaux et des bases de données d’informations largement contrôlés par des entreprises non européennes,
  • une dépendance d’approvisionnement en énergies fossiles et une décarbonation à petite vitesse de notre économie.

Les dernières années sont venues questionner ces choix : chômage durable, délitement d’États dans le pourtour méditerranéen (Syrie, Libye), mandat de Donald Trump, pandémie de COVID-19, impact du réchauffement climatique.

Sans toutefois les remettre fondamentalement en cause.

 

Et puis, le 24 février 2022, à 4h du matin, apparaît sur un écran de télévision Vladimir Poutine, qui annonce une “opération militaire spéciale” en Ukraine. Les mots se traduisent très vite et sans ambiguïté dans les faits : des missiles et des bombes s’abattent sur l’Ukraine, des convois militaires violent ses frontières. Avec un objectif de jour en jour plus affirmé : réduire à néant ce pays démocratique et indépendant qu’est l’Ukraine. Les drames humains et les atrocités sont déjà là par milliers et ne vont probablement qu’empirer.

Un scénario impensable, un choc, une bascule, et une nécessité à agir.

Et, au-delà du tragique et de l’horreur de l’événement, une responsabilité à repenser nos choix stratégiques.

Nous avons tous notre part à prendre, et ce sera sans doute vous, les jeunes générations de Mineurs, qui serez les plus impliquées et les plus contributives dans les profondes mutations qui vont prendre corps sur les décennies à venir. Et logiquement, si, tout en restant elle-même et sans prétention, la Revue veut rester collée à ces mutations, elle a besoin de votre concours.

C’est dans ce moment que Corentin, Philippe et Jean, chacun en cursus d’Élève Ingénieur dans une des Écoles des Mines, rejoignent le Comité de Rédaction de la Revue.

Lorsque nous avons échangé avec eux, ils nous ont fait part pour la Revue de leur souhait de construire ensemble, d’élargir le spectre de ses sujets d’intérêt et d’en renforcer la dimension humaniste.

C’est donc en partageant leurs convictions que nous allons désormais poursuivre le chemin de la Revue, dans les périodes plus incertaines que notre Europe va traverser, mais aussi avec la confiance et la détermination qu’apportent nos multiples vécus et notre raison d’être.

 

DIDIER PERRIN (P85), Rédacteur en Chef

Auteur

Accélérer votre business dans les services, tout simplement!

C'est là qu'est ma valeur ajoutée : partir du client, faire simple là où c’est compliqué, privilégier des gains rapides, et trouver le mix gagnant entre les 3 ingrédients clefs du service que sont l'entreprenariat des équipes, une offre clients sur mesure et la souplesse des process.

Avec une expérience pour 5 grands groupes Vallourec, Saint-Gobain, Schindler, Suez et Veolia, mon savoir-faire est dans le management, la transformation et le développement d'activités de services pour l'industrie, le bâtiment et l'environnement.

Et coureur de marathon, je sais allier résilience, engagement et objectif tenu!

Alors, franchissons la ligne d'arrivée ensemble!

Pour en savoir plus : consultez mon profil LinkedIn et retrouvez-moi sur mon blog professionnel lessenceduservice.fr. Voir les 13 autres publications de l'auteur

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.