Actualités

Partager sur :
18 juin 2020
Actualités

Intermines
Webinar Carrières « Réussir son pitch »

Vue 465 fois

Notes de suivi du webinar le 16 juin dernier, rédigées par Patrick Bergeot, ingénieur Telecom et membre de l’Union Fait la Force (UFF)

Intervenante : Laurence Ménard-Zantman – coach outplacer à l’Espace Dirigeants, auparavant marketing dans la grande distribution

 

2 possibilités d’entrer dans l’entretien :

  • Le recruteur demande de se présenter : occasion de sortir le pitch
  • Le recruteur demande une remontée de CV : remonter toutes les expériences => dans ce cas, lui proposer de se présenter et sortir le pitch, beaucoup moins laborieux que la remontée de CV qui tourne au monologue

En entretien, il faut créer du lien et de l’interaction, donc éviter le monologue, toujours proposer de commencer par le pitch style « je vous propose de vous donner d’abord une vision globale de mon expérience ».

 


 

Dans 95% des cas, sont OK et rebondissent sur une ou 2 actions et c’est plus interactif

Important de sélectionner les messages à donner pour « prévendre » le projet professionnel. Il faut aussi maîtriser son temps : éviter les monologues.

Pourquoi 3mn = cycle de concentration moyen d’une personne. Ensuite l’attention baisse puis remonte

Préparer un pitch permet de commencer l’examen en confiance, permet de se concentrer plus sur la relation avec l’autre qu’avec le contenu qu’on maitrise déjà.

Pitch = acte de communication :

  • Contenu
  • Voix
  • Non-verbal

Impacts : contenu 7%, voix 38%, non verbal 55%. Le contenu est donc une condition nécessaire mais non suffisante pour convaincre.

Choix des mots :

  • « je travaille dans les EnR » c’est neutre vs « ma passion, c’est les EnR » qui montre plus d’enthousiasme et donne plus d’impact
  • Phrases longues avec détail et conjonctions montrent un aspect analytique vs phrases courtes sujet/verbe/complément montrent quelqu’un qui est dans l’action

Voix :

  • Volume : plus on va chercher l’interlocuteur, plus il va se sentir inclus dans la relation
  • Tessiture : l’aigu montre qu’on est stressé, sous pression
  • Modulation : monocorde / chantant
  • Débit : rapide/lent. Trop rapide peut mettre l’autre en apnée et dans une situation d’inconfort, trop lent va l’endormir
  • Gestion des silences. Un silence encadre une idée/un mot et met en majesté ce qu’on va souligner, donne à l’autre une pause pour intégrer ce qu’on vient de raconter

 

Non verbal correspond d’abord à la gestion du regard. Eviter le regard qui tourne, tenir le regard de l’autre pour maintenir une relation directe. Tenir le regard pendant environ 70% du temps, on peut regarder ailleurs le temps de chercher une idée mais revenir ensuite à l’autre. Ensuite expression du visage puis façon de se tenir : pieds bien ancrés devant soi et non croisés, dos droit et souple et non raide, ne pas se recroqueviller, bien ouvrir sa cage thoracique pour respirer.

 

Important de s’analyser et de savoir où on en est car cela compte énormément pour l’impact lors du pitch.

 

En visio, c’est un peu différent, le regard et l’expression deviennent beaucoup plus important. Eviter de jouer avec un crayon. Soigner ce qu’on voit à l’écran, privilégier le plan américain plutôt que le zoom sur le visage. Eviter plongée/contre plongée, donc mettre un livre sous le PC portable. Attention au contre-jour. Avoir un fond neutre, éviter les peluches des enfants. Les paysages en fond d’écran sont OK.

 

Conseils de préparation du pitch

  • Le pitch répond à la question : « présentez-vous ? »
  • Se demander quel est son objectif ?
    • Présenter le projet professionnel (en recrutement)
    • Ou proposer une offre de services (si on est consultant)

Pitch = démonstration par rapport à cet objectif

  • Le pitch est une bande annonce de film : on comprend le sujet, l’atmosphère, quelques extraits (on ne raconte pas tout) qui vont donner envie de voir/ écouter pendant 45mn
  • Etre bref et concret. Mauvaise idée de mettre plein d’infos et parler vite !
    Donc choisir quelques infos que l’autre pourra mémoriser. 15 jours après, la personne se souviendra de 3 points max.
    Plus on est concret, plus on rassure l’autre. Donc, donner des exemples, permet aussi à l’autre de nous projeter en situation, et donc de nous imaginer dans son contexte à lui
  • Mettre de l’enthousiasme dans les mots choisis ; Attention : être congruent vis-à-vis de cet enthousiasme, être cohérent avec sa posture.
  • Réapprendre à se valoriser. Préférer le « je » au « on » ou « nous », se réapproprier le « je » ou « moi et mon équipe ». Eviter le « on » et le « nous », car l’autre se demandera qui a fait quoi : est-ce vraiment vous ? Il faut vendre SON expérience à soi et non sa dernière entreprise.
  • Faire attention au jargon, acronymes, anglicismes. OK si l’autre est du métier ou du secteur, sinon il se sentira exclus, donc faire un effort de pédagogie.
  • Préparer par écrit le pitch : l’ECRIRE pour être plus à l’aise. L’écrire avec un langage parlé pour rester naturel ou bien l’écrire sous forme de bullet points, obligera à refaire des phrases, sera plus naturel
  • Apprendre par cœur le début et la fin, permet de se lancer de façon plus sereine sans paniquer. La fin correspond au projet ou à l’offre de services, il faut être très clair et ne pas hésiter

 

Exercice de préparation : une fois les 3mn construites, s’enregistrer en video comme si on est face à quelqu’un (donc sans lire), faire 3 passages

  • 1 passage en coupant le son pour observer le non verbal. Trop figé, « gigote » trop, tics, je souris ? En général on voit surtout ce qui ne va pas, donc recommencer
  • 2e passage : couper l’image et écouter juste le son en se concentrant sur le contenu : clair, démonstratif, concernant, structure limpide, fluide ?
  • 3e passage : couper l’image et écouter la voix en oubliant le contenu : voix assez vivante, trop monocorde, trop rapide, assez énergique ?

 

Permet de trouver des pistes d’amélioration pour s’autocorriger : y aller étape par étape. Sélectionner les 2 points essentiels pour s’améliorer et les travailler, ne pas essayer de tout corriger d’un coup. Puis passer aux 2 points suivants. Sinon on se décourage !

 

S’entrainer, s’entrainer, s’entrainer ensuite avec des collègues, des amis… pour avoir des feedbacks

 

Plan (pour recruteur)

  • Identité :
    • prénom, nom puis métier, secteur, point de différenciation : expertise, talent unique, spécialité

Ou présenter identité professionnelle avec phrase de positionnement.

Ex « je suis coach/outplacer pour les cadres dirigeants et je suis spécialisée dans la communication orale » ou « mon métier c’est d’accompagner des cadres dirigeants en transition professionnelle en travaillant avec eux leur communication orale »

La phrase de positionnement c’est plus dur, il faut bien l’écrire.

  • Formation et situation personnelle
    • Ne pas forcément parler de la formation. Dépend de l’objectif, si ça sert cet objectif ou non, si ça permet de convaincre sur le projet ou non
    • Situation personnelle : inutile de dire qu’on est marié/3 enfants. Ca ne se fait plus.

Identité : 30s

  • Parcours : 2 mn
    • Commencer par un fil rouge, donner la vue globale/hélicoptère du parcours, donner à l’autre la vision d’ensemble

Ex : « j’ai passé 10 ans en conseil, 10 ans en opérationnel » «  je suis DG issu d’un parcours marketing » ou donner les différentes étapes

  • Donner le parcours soit sous l’angle de l’expérience soit sous l’angle des compétences
    • Expériences : en choisir 3 pertinentes pour le projet. Les décrire de façon concrète sous forme de réalisation probante : enjeu – actions – résultats « dans le contexte de.. , il y avait tel ou tel enjeu, j’ai mis en place xxx et pour résultat … » 3 lignes max par expérience. Conclure par les compétences clés que ca a permis de développer, juste les nommer, les exemples ont déjà été donnés
    • Compétences : compétence 1 (ex : gestion de projet) puis donner un exemple concret illustrant cette compétence, compétence 2, puis 3

Si projet très éloigné des dernières expériences, utiliser la transférabilité des compétences et parler plutôt des compétences

Compléter par éléments personnels : parler de ses soft skills, de sa personnalité

Ou bien donner point de vue sur secteur / métier

Ou donner éléments de motivation surtout si on change de secteur

 

  • Terminer par le projet. Doit être très clair !!! LinkedIn et pitch sont construits en fonction du projet !!!

 

Projet : métier / secteur / taille d’entreprise / situation. On peut aussi commencer (à la place de métier/secteur) et finir par le projet, donc communiquer 2 fois sur le projet

 

Si on propose des services (situation de consultant) :

  • Identité : remplacer métier/secteur par l’offre de services
  • A la place d’expériences/compétences, proposer les offres de services : les champs d’intervention en prenant à chaque fois un exemple

Finir en redonnant le domaine d’expertise.

 

Changer les exemples selon les circonstances, choisir les exemples les plus pertinents par rapport à l’offre d’emploi, donc préparer plusieurs exemples (enjeu/action/résultats), peuvent aussi servir au fil de la conversation.

Donc ne pas changer la structure, mais varier si besoin les exemples

 

Ne pas confondre mission et réalisation. Mission = « piloter des projets » mais ne dit pas ce qu’on a fait, réussi et avec quel style. Donc dire « J’ai piloté le projet truc muche et j’ai obtenu tel résultat ». C’est plus efficace

 

Mon pitch à moi, « audité » par la professionnelle de l’outplacement : 3mn16s

  • Très clair, beaucoup de résultats donnés avec du concret, des chiffres, objectif très clair, très cohérent, très agréable, vivant, on sent de la passion, donne envie d’en savoir plus, d’écouter, beaucoup de naturel, de story telling, on suit bien l’évolution du parcours
  • Non verbal : regard pas assez focalisé, plus vivant à la fin, ton très rassurant, être un peu plus lent, plus de silence, plus de pause, faire une plus grande démonstration, « j’ai déjà géré des projets et donner un exemple ». Mieux arriver au projet, bien sélectionner les exemples par rapport au projet final

 

Quand on adapte le pitch, essayer de se mettre à la place de l’autre et d’imaginer ce qui va l’intéresser.

Etre sûr que les compétences présentées sont les plus importantes pour le projet

Soft skills : doivent être déduits de la posture ou les citer tout à la fin « je suis reconnu pour xxx », n’en cite qu’un ou deux et à la fin car doivent être déduits. Sinon on doit croire la personne sur parole. Ne pas parler de ce qu’on ne veut plus faire.

Bien organiser les expériences selon le projet visé.

 

Voilà ce qu’on apprend dans un webinar Carrières en 1h30, le midi !

Pour pratiquer l’art du pitch :  le groupe d’accompagnement et d’activation de réseau l’Union Fait la Force (UFF)

Depuis le début du confinement, l’UFF tient ses réunions hebdomadaires en visioconférence. 

Ces séances de travail se déroulent le mercredi soir de 18h30 à 20h30.

Elles combinent travail sur la méthodologie de recherche d’un nouvel emploi ( CV, profil LinkedIn, Pitch de présentation…) intervention de professionnels sur le thème de l’emploi, partage d’informations réseau…

 

Amis Mineurs ou non, l’UFF tient beaucoup à la notion de réseau et s’ouvre sur cooptation aux diplômés des autres écoles.


L’utilisation de Zoom vous permet de rejoindre l’UFF, faites-en la demande en adressant votre CV à : 
michelle.rosaire@inter-mines.org

 

 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.