Actualité

Vue 1172 fois
01 mars 2019

Intermines
Carrières : Travailler pour quoi faire ?

Regards croisés de chercheur, coach et manager

 

Le 5 décembre, 170 personnes étaient réunies dans l’amphi des Mines de Paris pour écouter Fabienne Autier. Fabienne est professeur chercheur à l’EM Lyon en Gestion Stratégique des Ressources Humaines. Elle est venue à la demande d’Intermines pour nous présenter les résultats d’une étude qu’elle a menée il y a 5 ans sur la motivation des individus au travail.

Son intervention a créé l’ouverture pour de nombreuses questions dans la salle. Signe d’une salle concernée et motivée, par le sujet ? Par le contexte ? Par le regard et les interrogations que nous portons sur nous, sur nos parcours ? Par l’attention et les interrogations que nous portons sur ceux que nous manageons ?

Nous vous proposons ici de faire une synthèse des résultats des travaux de Fabienne Autier ; de rapprocher ces résultats des accompagnements que nous faisons, Claude et moi, dans nos métiers de coachs ; enfin de vous donner des axes de réflexion dans vos fonctions managériales.

Il était une fois le début :

Histoire de coaché : C. a 28 ans. Elle est ingénieure. Après un CDD d’un an, elle cherche du travail. Puis décide de faire vendeuse en prêt à porter. Je connais sa maman ; inquiète la maman ! et même ; désemparée !! Sur ses conseils C. m’appelle pour que « je relise son CV ». Après un premier entretien, nous convenons de démarrer un accompagnement pour travailler sur …. la confiance en soi ! Confiance égratignée par sa première expérience pro.

Le premier rendez-vous du parcours professionnel, vu par Fabienne Autier

Quand nous démarrons notre vie professionnelle, nous nous projetons : c’est un peu le « moi quand je serais grand » de notre enfance. Nous imaginons notre vie future, notre métier, nos responsabilités… Notre rêve de réussite.

Mais nous avons des questions, des doutes : « Vais-je y arriver ? ». Nous sommes en attente de sécurisation suivant deux axes :

  1. « Dites-moi ce que j’ai à faire » : sous-entendu, apprenez-moi le métier. Donnez-moi des « Obligations» qui me mettront sur la bonne voie et m’incluront dans un collectif.
  2. Et « Dites-moi si je le fais bien » : il ne s’agit pas de feedbacks complaisants mais d’un vrai regard constructif sur mes actions.

 

C’est la phase des Obligations.

 

Managers qui avez des collaborateurs en phase 1, voici quelques conseils pour accompagner vos collaborateurs qui sont en début de parcours.

  • N’hésitez pas à bien définir le cadre des interventions de vos jeunes collaborateurs, à bien préciser ce que vous attendez d’eux, à décrire également vos modes de fonctionnement : points réguliers ou « ma porte est toujours ouverte » …
  • Réservez-vous du temps avec chaque collaborateur pour donner des feedbacks factuels avec les réussites et les axes d’amélioration. Fêtez les réussites. Capitalisez sur ce qui s’est moins bien passé.

 

Puis vient le 2ème rendez-vous

Histoire de coaché : L... 35 ans : Ingénieur. Travaille depuis 6 ans dans une unité transversale d’une grande entreprise française. Le travail est varié. Les missions intéressantes. Le boss agréable et compétent. « Mais bon, je m’ennuie ; je pars, ou je reste ? »

Le second rendez-vous du parcours professionnel vu par Fabienne Autier.

Il est initié par une première crise de la motivation : « J’ai l’impression que j’ai fait le tour » ; « Je ne suis pas reconnu à ma juste valeur » ; « Je veux passer à autre chose ».
Nous entrons alors, dans une phase où nous cherchons à nous distinguer, à faire preuve d’initiatives, à prendre des responsabilités.
C’est le moment où nous allons avoir des revendications : sur notre statut, sur les missions qui nous sont confiées, sur notre rémunération. C’est aussi le moment où nous allons être à l’écoute, voire même en recherche d’opportunités.

C’est la phase des Initiatives.

Managers qui avez des collaborateurs en phase 2 : Mettez en place un accompagnement intégrant les axes suivants :

  • N’hésitez pas à mettre en avant les spécificités de vos collaborateurs concernés, à faire valoir leur valeur ajoutée. Appuyez-vous sur ces différences pour jouer les complémentarités.
  • Les leviers de motivations sont extrinsèques : promotion, augmentation mais aussi reconnaissance, nouvelles responsabilités clairement identifiées.

Le virage du 3ème rendez-vous

Histoire de coaché : B… 55 ans. Travaille dans une organisation professionnelle. Lobbying, nouvelles techno, juridique, média.
Par les projets qu’il porte, il touche à tout. Il est reconnu dans la profession. Bref, le boulot dont il rêvait. « C’est bien. Je fais plein de choses et mène des projets intéressants. Mais j’y vais maintenant à reculons. J’ai rencontré des chasseurs de tête, mais on me propose un peu plus de la même chose ». Que faire ?

Le 3ème rendez-vous du parcours pro par Fabienne Autier 

Il démarre sur une importante crise de motivation : La personne a atteint le but qu’elle s’était fixé mais les motivations ne sont plus là. Cette phase est d’autant plus délicate que l’entourage n’est pas toujours d’une grande aide : « Mais tu as bossé comme un malade pour en arriver là !» ; « Allez, c’est un petit coup de mou ; tu vas voir, ça va passer ».

Fabienne Autier nous indique que nous négocions ce virage de 4 façons différentes :

  1. Nous repartons sur un nouveau défi : Un peu plus de la même chose ; ouvrir une nouvelle filiale en Asie, diriger une structure plus grande… C’est un nouvel engagement pour une fin de vie professionnelle en mode endurance. Et sans passion…
  2. Nous repartons à zéro sur un nouveau métier : C’est le cas du directeur marketing qui fait un CAP de charpentier de marine. Malheureusement, 5 ans plus tard, muni du CAP, il affronte une nouvelle crise car le nouveau charpentier est reparti au début du cycle, mais ayant gagné en expérience, les phases se sont raccourcies.
  3. Nous restons à la même place, en repli, à faire le minimum, mais pour investir un autre domaine à l’extérieur : la maison que je construis en Ardèche ; le blog sur mon domaine d’expertise.
    Mais, in fine, ne nous y trompons pas, ce choix ne génère que frustrations, et mésestime de soi. De plus, la pression économique sur les entreprises rend cette possibilité plus rare.
  4. La quatrième voie est la moins courante, mais celle dans laquelle Fabienne Autier a trouvé les personnes les plus investies et épanouies. Les personnes concernées ont choisi de s’investir dans un projet qui réunit les 4 caractéristiques suivantes :
  • Projet de leur monde professionnel, qui les amène à sortir de leur zone de confort
  • Projet dont la finalité est utile aux autres
  • Correspondant à une initiative personnelle (apporter sa solution -inédite- à un problème)
  • Permettant de transmettre son savoir et ses compétences

Par exemple, le Responsable d’entrepôt logistique qui a proposé de porter un projet de nouvelles palettes sur l’ensemble de son entreprise.

C’est la phase des Aspirations.

Conseils aux Managers ou DRH qui ont des collaborateurs en phase 3 :

  • La motivation n’est plus extrinsèque. C’est le collaborateur qui la porte en lui et il s’agit de la faire émerger, la comprendre, la nommer, pour pouvoir la mobiliser.
  • L’accompagnement par un coach permet au collaborateur de questionner son parcours, sa recherche d’utilité, la possibilité d’ouvrir de nouveaux espaces.

A l’instar de ce qui est fait par Philips aux Pays-Bas qui fait accompagner ces collaborateurs pour opérer une période de prise de recul et leur permettre de trouver aspirations et motivations.

Vive la phase 4 !

La recette : s’y préparer !

Car le rendez-vous n°4, celui du départ en retraite, est extrêmement difficile ; d’autant plus si on a particulièrement investi les étapes précédentes. Il convient donc de s’y préparer par un travail en termes de quête de sens, d’engagement. Il s’agit alors d’un enjeu sociétal. Certaines entreprises l’ont bien compris et favorisent notamment les actions de mentorat des seniors auprès de collaborateurs plus jeunes.

Ces 4 rendez-vous sont communs aux hommes et aux femmes, et à toutes les générations. Éventuellement avec des décalages de calendrier : les femmes abordent généralement le 3ème RDV au départ des enfants ; les plus jeunes générations peut-être plus tôt que leurs ainés, évolution sociétale oblige. Mais pour tous, il y a nécessité à prendre en compte, à repérer et à se préparer à ces rendez-vous. Un accompagnement professionnel peut vous y aider !

 

Patricia Besset-Veziat (N84) et Claude Bardy (P79)


Anne COUDRAIN (P 1983 Docteur)
Merci de cette synthèse sur "travailler pour quoi faire ?"

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.