Actualités

Partager sur :
22 avril 2014
Focus de carrière

Intermines
Réussir ses entretiens de recrutement

Vue 166 fois

Comment convaincre en entretien dans un contexte de forte concurrence et de marché de l’emploi tendu ?

Les conseils qui suivent vous permettront d’être plus à l’aise et surtout de multiplier vos chances d’être le finaliste…

 

Soyez professionnel

L’entretien de recutement est avant tout un RV professionnel. Comme tout rendez-vous ou réunion, il se prépare.

Comme toute réunion professionnelle, un entretien de recrutement doit donc être préparé.

En fait, il n’y a aucune surprise ou secret sur l’objet de la réunion. On va évidemment parler de vous !

Posez-vous les bonnes questions : de quelles informations (dont il ne dispose pas encore) mon interlocuteur a-t-il besoin ? Revisitez chacune de vos expériences professionnelles et analysez la façon dont elle s‘est déroulée.

Les informations dont le recruteur a besoin sont assez basiques : qu’est ce qui vous a poussé à prendre ce poste ? Quelles ont été vos principales missions ? Quelles sont les difficultés rencontrées, freins levés ? Quelles ressources personnelles et professionnelles avez-vous développées/acquises ? Quels ont été vos facteurs de motivation et satisfaction ?
Toutes ces informations ne figurent pas dans votre CV. Ce sont ces informations qui  peuvent faire de vous le meilleur candidat, un candidat authentique et adapté.

Vos réponses seront ainsi totalement ciblées et correspondront parfaitement à l’attente de votre interlocuteur. Rappelez-vous une règle de base essentielle : tous les candidats convoqués ont peu ou prou le même CV que vous ! Votre objectif est donc de personnaliser votre discours.

En effet, si les postes obéissent souvent aux mêmes objectifs, par contre chaque candidat a un vécu différent en termes d’acquis, personnels et professionnels et en termes de motivations.
Ces aspects constituent le meilleur argumentaire commercial vous concernant. Ainsi, votre intérêt est d’adopter une approche didactique et d’aider le recruteur à valider que vous êtes le meilleur candidat.

En fait, une fois que l’on a bien intégré ce qui vient d’être dit (le recruteur a vraiment besoin de me connaître au-delà de ce que dit mon CV), il ne saurait y avoir de questions pièges.

Si vous ne donnez pas spontanément les informations dont il a besoin (ma personnalité, mes atouts et motivations), le recruteur est bien obligé de vous poser des questions personnelles. Ces questions sont alors souvent vécues par le candidat comme des questions pièges (qualités /défauts, ce que l’on a aimé, moins aimé, les échecs, etc). Se poser soi-même ces questions en amont évite bien du tracas.

 

Allez à l’essentiel

Un entretien dure en moyenne 1h à 1h30 suivant le niveau du poste et les habitudes du recruteur. Cela ne signifie pas que vous avez 1 heure de temps de parole. En effet, la plupart du temps, votre temps de parole est de 50%. Vous avez donc globalement 30 à 45 minutes pour convaincre.

Ainsi, il faut être vigilant sur le timing. En général on évalue à 45 secondes à 3 mn le temps correct d’une réponse.
Le premier score correspond généralement à des réponses apportées aux questions fermées du style « avez-vous géré en direct cette équipe ? ».
2 à 3 mn correspondent aux questions dites ouvertes « présentez-moi brièvement votre parcours » ou « parlez-moi de vous… présentez-vous en quelques mots ».

Pour cette dernière question, appuyez-vous sur votre présentation en 3 mn (Elevator pitch).
Enfin, que la question soit ouverte ou fermée, illustrez toujours vos réponses d’un exemple concret.
Le recruteur pourra ainsi plus facilement vous imaginer dans le nouveau job…

 

Méfiez-vous de votre CV

 Vous êtes plus ce que votre CV dit de vous !

L’attente du recruteur est simple : qui êtes-vous au-delà de ce que votre CV dit de vous ?

D’où l’importance d’avoir fait un bilan en amont de ses expériences pour se constituer un argumentaire original qui va permettre au recruteur de vous imaginer sur votre poste et par glissement sur le poste à pourvoir.

 Votre interlocuteur (le recruteur) a analysé et évalué plusieurs dizaines de CV pour sélectionner ceux qui se rapprochent le plus du profil « idéal » résumé dans le brief du poste.
Ainsi, lorsque vous êtes convoqué, vos chances sont donc à peu près identiques à celles des autres candidats convoqués… mais attention votre expérience l’est aussi !

Il lui manque une information déterminante : qui êtes-vous ? Quel profit avez-vous tiré de cette expérience si riche décrite dans votre CV et quels ont été vos moteurs et sources de satisfaction tout au long de votre parcours professionnel ?

 

Soignez votre image

 Au delà des conseils classiques (tenue irréprochable en phase avec le secteur et le métier), il faut être attentif aux règles de savoir-vivre professionnel. En effet, dans cet entretien, on parlera de vous mais cette situation reste une réunion professionnelle.

On doit donc veiller aux règles basiques de savoir vivre.
Le premier point est lié à espace. Si l’espace personnel normal est souvent évalué à 50 ou 60 cm, en revanche l’espace professionnel est plus ou moins normé à 1,20 à 1,50m. Il faut donc être attentif à ne pas envahir l’espace de votre interlocuteur.
C’est d’ailleurs parfois un exercice difficile surtout quand l’entretien se déroule autour d’une table ronde dont le diamètre est souvent restreint…

Lorsque vous êtes reçu, soyez attentif à la gestuelle et la communication non verbale de votre interlocuteur et ajustez-vous à son style. D’ailleurs, c’est souvent ce que vous faites de manière automatique avec vos propres clients ou partenaires dans l’exercice de vos fonctions !

Pour le reste, se concentrer sur ce que vous dit votre interlocuteur vous permettra d’éviter les tics nerveux (croiser et décroiser les jambes, triturer son stylo, etc.). Une bonne façon de lutter contre ce travers consiste à prendre des notes pendant l’entretien … 

 

Positivez 

A la base de chaque entretien de recrutement, il y a une bonne nouvelle. En effet, le recruteur en vous convoquant vous montre qu’il estime que votre profil peut potentiellement intéresser son client.
Donc, c’est une première victoire pour vous !

 

Analysez vos entretiens pour mieux progresser

 Comme la plupart des réunions professionnelles, l’entretien de recrutement doit faire l’objet d’un compte-rendu suivi d’un plan d’action.

Il y a plusieurs bonnes raisons d’analyser et évaluer chacun de ses entretiens de recrutement.
Cela permet tout d’abord de mieux préparer et réussir l’entretien suivant dans la même entreprise ou dans une autre structure.
Cela vous donne également la possibilité de bien analyser l’intérêt de cette nouvelle opportunité de carrière. ..
Et de ne pas « lâcher la proie pour l’ombre »…

A l’issue de chaque entretien, on devrait analyser les points suivants : de quel poste s’agit-il exactement ?
On peut ainsi réaliser qu’il peut y avoir un écart entre l’idée que l’on se fait du poste et la réalité.
On doit aussi déterminer quelles sont les informations manquantes (l’organisation de l’entreprise, le réseau relationnel du poste, les résultats attendus, la reconnaissance interne du poste …).
Ces informations à recueillir avant ou pendant le prochain entretien vous permettront de mieux évaluer la pertinence de ce nouveau job.

 

On doit aussi évaluer sa prestation.
Quels atouts ai-je bien défendus ? Quels sont les aspects sur lesquelles j’ai été moins bon ?
Quels sont les points à travailler avant le prochain entretien ?                                           

 

Pour conclure

Il faut démystifier et dédramatiser. Avoir un entretien est plutôt une bonne nouvelle.
L’entretien de recrutement obéit à des règles simples, bien les connaître et les appliquer peut vous permettre de conduire de manière efficace votre campagne de recherche.

 

Malika Eboli - Conseil en Ressources Humaines et Coach 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.