Actualité

Vue 611 fois
01 mars 2019

Intermines
Carrières : Le bonheur au travail !

En ce début d’année au moment des vœux, certain(e)s d’entre nous se sont peut-être souhaité(e)s d’être enfin heureux au travail, voir de vibrer au travail comme une partie de notre environnement professionnel (Chief Happiness Officer, manager-coach, conférence sur le bonheur,…) nous y incite. 

Loin de rejeter les bienfaits d’être heureux au travail (n’ai-je pas animé avec Nicolas Goubkine pour Intermines un atelier « Et si je travaillais comme il me plaît » ?), j’aimerais questionner avec vous cette quête du bonheur au travail, pour qu’elle ne soit pas seulement injonction mais avant tout volonté personnelle de celui qui s’y engage. 

Sémantiquement le concept de bonheur au travail est une antilogie : la première utilisation connue du mot travail faisait référence aux douleurs de l’enfantement dont l’étymologie provient du latin médiévial trepalium, moyen de torture (tripalium, trois pieux en latin).*
Depuis longtemps le travail a été associé au bonheur mais avec un effet différé dans le temps dans différentes croyances, qu’elles soient religieuses ou politiques. Le message général dans ce cas est : « travailler dur pour être un jour heureux ». D’ailleurs peut-être avez-vous entendu ce message comme moi au cours de votre scolarité ?

Ce qui fait selon moi la spécificité de notre époque c’est de vouloir en même temps le travail et le bonheur. Je fais souvent remarquer en entretien carrière qu’il est possible (mais pas obligatoire) de pouvoir travailler pour un bonheur qui n’est pas immédiat mais plus tard (sans forcément attendre 40 ans) ; je rajoute encore plus souvent qu’il est possible aussi que ce bonheur ne soit pas ici au travail mais ailleurs (dans un autre champ de notre vie).

Si je viens aujourd’hui troubler notre tranquillité sur la question du bonheur au travail, tranquillement acquise avec nos bonnes résolutions, c’est qu’au cours des nombreux entretiens carrière que j’ai pu mener avec mes camarades d’école, j’ai noté que, dès lors que la recherche du bonheur au travail était érigée en norme, elle inhibait des ressources de la personne, par peur du regard de l’autre sur ses choix.

Entendons-nous bien, je distingue les situations de souffrance au travail, contre lesquelles il faut agir pour l’atténuer avant d’y voir plus clair en soi, de celles de la recherche d’une plus grande satisfaction ou bonheur dans son travail. 
Dans ces cas, il convient de se demander : qui me demande d’être plus heureux au travail ? Et quand on a enfin réussi à cerner ce qui semble être sa propre voix intérieure de se demander à quoi doit donc concourir le travail ?

  • A me rendre heureux ?
  • A me procurer mes moyens d’existence ?
  • A nouer des liens avec les autres ?
  • A m’occuper pour ne pas m’ennuyer ?
  • A obtenir de la reconnaissance ?
  • A occuper une place dans la société ? 

Les camarades qui me sollicitent après une rupture du contrat de travail (licenciement, arrêt suite à trop grande souffrance, ….) ont moins de difficulté à se poser ces questions que celles ou ceux qui ressentent une insatisfaction plus diffuse.
Ce n’est que dans le silence du travail que nous apparaît sa véritable nature. Il n’est cependant pas nécessaire d’attendre la rupture pour écouter ce silence. Ce silence peut conduire certains à constater que loin de nous déplaire, notre travail n’est pas notre source première d’excitation qui peut se trouver auprès de nos proches, dans nos activités sportives ou culturelles, ou encore nos moments à ne rien faire… et ce constat amène paradoxalement à prendre davantage de plaisir au travail, en ne culpabilisant plus de ne pas ressentir un bonheur intense.

Faire silence, déconstruire les normes qui ont conditionné notre regard sur le travail jusqu’à présent passe généralement, sauf accident de vie marquant, par l’altérité, le regard de l’autre, et la confrontation à de normes différentes. Alors n’hésitez pas, venez discuter du bonheur (au travail) avec un conseiller carrière d’Intermines.


*source : centre national de ressources textuelles et lexicales www.cnrtl.fr

Cyril Chamalet (P95) Conseiller Carrière et coach


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.