Actualités

Partager sur :
10 juin 2021
Actualités

Intermines
[La Revue des Mines #512] LE RENOUVEAU INDUSTRIEL ET ÉCONOMIQUE DU DUNKERQUOIS

Vue 185 fois

À l’avant-garde de la transition énergétique, Dunkerque à l’ambition de conforter son rôle de démonstrateur de l’industrie décarbonée du XXIe siècle. La région sait attirer sans renier son héritage industriel.

La sidérurgie, le travail des métaux ainsi que la production d’énergie ont façonné le territoire dunkerquois. Avec près d’un quart de ses emplois salariés dans l’industrie, le territoire garde une forte
spécificité productive dans un environnement portuaire. Pourtant, depuis 2014, Dunkerque a opéré une mutation profonde.
En 2013, 11 des 30 premiers employeurs du Dunkerquois sont encore issus du secteur de la métallurgie avec près de 7 300 emplois (ArcelorMittal, Ascométal, Aluminium Dunkerque Dillinger France, Valdunes…), le second poste est occupé par la chimie-pétrochimie avec deux raffineries. Enfin, la production énergétique constitue le 3e employeur du territoire, notamment la centrale nucléaire de Gravelines, la plus puissante d’Europe (5400 MW). Avec un trafic total de 44 millions de tonnes,
l’activité du 3e port de France est liée à l’industrie locale ; les minerais et le charbon atteignant 40 % du trafic total. Le taux d’emploi1 des cadres est en deçà de la moyenne nationale (10,8 % contre 25 % en Île-de-France)2, de même pour les fonctions occupées en R&D.

UNE VOLONTÉ POLITIQUE FORTE

En 2014, Dunkerque redonne de l’élan à son agglomération sous l’impulsion de Patrice Vergriete, nouveau maire. Des États généraux de l’emploi local (EGEL), et une démarche de concertation unique en France créent une dynamique économique nouvelle. De grands chantiers sont opérés : nouveau plan de mobilité (développement d’un grand réseau cyclable, piétonnisation du centre-ville, bus gratuit), accroissement de l’attractivité touristique (construction d’une nouvelle digue, d’un complexe hôtelier de standing, politique événementielle d’envergure, valorisation des sites historiques). Le tournage du film Dunkirk de Christopher Nolan accélère encore la métamorphose et fait rayonner la ville. L’économie en est boostée, notamment le secteur du BTP fortement soutenu (réalisation de grands équipements à l’architecture soignée, nouveaux stadium, patinoire et bibliothèque).

À Dunkerque, Ecocem exploite le laitier granulé de haut-fourneau issu de la production de fonte par ArcelorMittal. Le laitier granulé est séché, puis finement moulu afin de pouvoir être utilisé en substitution du ciment, notamment dans le béton. Le broyeur est de plus alimenté en énergie par les gaz appelés fatals sidérurgiques d’ArcelorMittal. Photo : Ecocem

 

DES IMPLANTATIONS ANNONCIATRICES DU CHANGEMENT

Dans le secteur portuaire, le chantier du terminal méthanier Dunkerque LNG, 2e plus important chantier industriel français, démarre (mis en service en 2017), tandis que le Grand Port Maritime de Dunkerque lance le projet CAP 2020. Cet investissement de près de 700 millions d’euros doit lui permettre de se positionner comme l’un des maillons clés de la chaîne de distribution européenne. L’extension des terminaux et des zones logistiques vise à porter la part des conteneurs dans l’activité à 28 % en 2035 contre 7 % en 2016.
Les implantations d’Ecocem France, nouvelle unité de production de ciment écologique valorisant le laitier sidérurgique de son voisin ArcelorMittal (photo ci-contre), ainsi que celle d’IndaChlor®, installation de recyclage de résidus de production chlorés, marquent aussi des étapes clés. Le processus permet de valoriser des composants jusqu’alors rejetés et de fournir de l’énergie au site voisin, Ryssen Alcools. Un bel exemple d’économie circulaire, axe de développement soutenu par le territoire.
Cinq ans après la fermeture de la Raffinerie des Flandres (2010) et plus de 100 millions d’euros investis dans la reconversion du site, de nouvelles activités innovantes voient le jour. L’Etablissement des Flandres regroupe trois activités : dépôt pétrolier stratégique ; centre de formation aux métiers du raffinage et de la pétrochimie qui utilise une partie des anciennes installations (CETR) ; et centre d’assistance technique (Total Oleum) pour les sites de raffinage-chimie du groupe. L’arrivée en 2015 du groupe japonais Kubota, spécialisé dans le montage de tracteurs, vient confirmer l’attractivité et le redéploiement économique du territoire.

LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE S’APPUIE SUR L’HÉRITAGE INDUSTRIEL

La feuille de route élaborée à la suite des EGEL a mis en exergue le soutien à l’émergence de la filière du numérique et la digitalisation des entreprises, étape nécessaire à l’avènement d’une Industrie du futur, plus compétitive et résiliente. La transition énergétique constitue le second volet qui doit assurer le renouveau de l’industrie et la création d’emplois d’avenir. En ce sens, le lancement du programme Rev33, inspiré par l’économiste Jeremy Rifkin montre la voie. L’objectif est de multiplier par deux l’efficacité énergétique du territoire et de diviser les émissions de CO2 par quatre afin de faire passer la région dans l’ère post-carbone.

Dès 2016 Dunkerque se met en ordre de marche avec le lancement du parc d’innovation Euraénergie, conçu pour accueillir les projets d’avenir dans les domaines de la transition, de l’efficacité énergétique et de l’écologie industrielle en intégrant la dimension d’économie circulaire. La Communauté urbaine de Dunkerque (CUD), la Communauté de Communes des Hauts de Flandre (CCHF) voisine sont labellisées Territoire démonstrateur Rev3 et Territoire à énergie positive pour la croissance verte. Les deux collectivités se sont aussi engagées, en partenariat avec le monde économique, portuaire et universitaire local, dans le dispositif gouvernemental “Territoire d’Innovation”. Lauréats de cet appel à manifestation d’intérêt en 2019, elles ont levé un fonds de 37 millions d’euros pour lancer des actions et accélérer la transformation industrielle pour un montant total de 288 millions d’euros grâce aux cofinancements publics et privés.

Ce vaste programme dénommé Dunkerque, l’Energie Créative comporte de nombreux projets : l’extension du réseau de chaleur déjà en cours (voir chiffres clés) jusqu’alors alimenté uniquement par ArcelorMittal, en créant un “noeud énergétique”, unique en France, en partenariat avec le Centre de Valorisation Énergétique (CVE), des industriels, la CUD et Énergie Grand Littoral (groupe Dalkia) ; un hub hydrogénation CO2 porté par Engie, solution de décarbonation à grande échelle liée à l’hydrogène ; ou encore un projet d’une unité de méthanisation de la glycérine. Le territoire teste aussi, avec succès, un démonstrateur “Power to Gas” porté par Engie, connu sous le nom de “projet Ghryd”. Depuis 2018, il injecte de l’hydrogène dans un réseau gazier qui alimente en énergie une centaine de logements et la chaufferie d’un centre de soins. L’intérêt de l’hydrogène est tel que le groupe français H2V doit installer au port de Dunkerque une unité de production d’hydrogène “vert”, fabriqué à partir d’électricité issue des énergies renouvelables.

UN SOUTIEN À L’INNOVATION ET À L’INVESTISSEMENT

L’innovation et la recherche sont deux socles qui connaissent aussi un important développement à Dunkerque. Plateforme énergétique d’envergure européenne, le territoire accueille des installations de production ou d’échanges d’énergie multiples (électricité, gaz, biocarburants, hydrogène, GNL, méthane, BioGNV…). Les entreprises locales sont encouragées à améliorer leur efficacité énergétique, à valoriser leurs co-produits, à investir dans des projets ambitieux de production d’énergies nouvelles (éolien, GNL carburant, bus à hydrogène…). Le développement de démonstrateurs sur le territoire est facilité.

Avec BioTfuel (Total) et Ghryd (H2) déjà cités, le soutien apporté à Terraotherm dès son lancement en est un exemple marquant. Cette filiale de Starklab, vient de lever 4M€ pour accélérer le développement en France et à l’international de solutions de traitement des rejets gazeux. Dunkerque accueillera aussi prochainement le projet de stockage d’électricité par batterie de Total/Saft, le plus grand de France, un investissement de 15 millions d’euros. Le groupe ArcelorMittal a annoncé l’installation à Dunkerque de l’un de ses deux Digital Labs courant 2021, axé principalement sur l’énergie, l’environnement et la sécurité. Le sidérurgiste RÉGIONS montre de grandes ambitions en termes de réduction des émissions de CO2, en installant deux pilotes industriels. Il est également signataire du protocole d’intention dans le cadre de Northern Lights, un ambitieux projet de stockage de CO2 dans un réservoir géologique en Mer du Nord. Le groupe vise ainsi une réduction de 33 % de ses émissions de CO2 d’ici 2030 et la neutralité carbone en 2050.

Enfin, le pôle d’innovation d’Euraénergie prendra place dans un bâtiment neuf de 4 400 m² d’ici 2023 et concrétisera physiquement le projet “Dunkerque l’énergie créative”, dédié à la transition de la région dunkerquoise, et labellisé par l’État au titre des Territoires d’innovation.

DUNKERQUE EST ATTRACTIVE4

Les démarches de transition économique, écologique et sociale sont menées parallèlement à l’amélioration de l’attractivité du territoire. Pour soutenir ces développements et faciliter l’émergence de nouveaux modes de production, la ville a besoin d’attirer de nouveaux talents. La technologie requiert des ingénieurs, techniciens et professionnels spécialistes bien formés.

Particulièrement pour faire face à la pénurie de jeunes ingénieurs soulignée par les industriels, le territoire accueille depuis septembre 2020 deux nouvelles écoles d’ingénieurs qui délivrent un titre en Génie Energétique5. Une démarche d’accueil des nouveaux arrivants est mise en place par les collectivités (aide à l’installation, week-ends découverte, etc.), qui complète la redynamisation globale de l’agglomération (politique culturelle et événementielle variée, et politique de mobilité déjà mentionnée).

DÉJÀ LES PREMIERS RÉSULTATS

Le Dunkerquois cultive depuis de nombreuses années une stratégie très accueillante pour l’industrie. À cela s’ajoutent un potentiel foncier considérable, la présence d’un tissu important de sous-traitants et d’autres industriels, et une capacité énergétique de niveau européen. Sans oublier son positionnement aux portes de l’Europe du Nord. Plus largement, Dunkerque et les Hauts-de-France parient sur le rebond industriel, et se trouvent en tête du palmarès français des implantations industrielles en 2018 grâce à un écosystème reconnu “pro-business”.

 

Laboratoire Astrazeneca à Dunkerque.


De grands groupes comme l’anglo-suédois Astrazeneca, spécialiste des maladies respiratoires, y investissent fortement. L’usine est devenue référence mondiale pour les aérosols.
Les trois dernières années, avec 88 projets pour plus de 750 millions d’euros investis et 1 700 emplois créés ou maintenus, la nouvelle dynamique industrielle s’est enclenchée. Les multiples labellisations du territoire de Dunkerque : Cit’ergie Gold® (décerné par l’Ademe), Territoire d’Innovation, Territoire d’Industrie, ou encore FrenchTech6 attestent du chemin parcouru. Avec les objectifs de neutralité carbone et l’ambition Rev3, le territoire dunkerquois entre dans une nouvelle ère industrielle. Toutes les pistes sont envisagées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et incarner la plateforme industrialo-portuaire du 21e siècle, respectueuse de son environnement, au service de la qualité de vie de ses habitants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Rapport entre le nombre de personnes en emploi et le nombre total de personnes
2. source Insee 2009
3. Rev3 = Troisième révolution industrielle en Hauts-de-France
4. Voir la revue des Mines n°505
5. IMT Lille Douai et EILCO
6. French Tech, label officiel qui caractérise les écosystèmes innovants – Label obtenu en avril 2019

  

Jordan TOURNEUR (E 2001 ICiv), Chargé de mission et Project manager à Dunkerque Promotion jordan.tourneur@mines-saint-etienne.org 

  

FABIENNE MANCEAU, Responsable Communication, Promotion économique territoriale à Dunkerque Promotion f.manceau@dunkerquepromotion.org 

 

Pour t'abonner à la Revue : https://www.inter-mines.org/fr/publications/la-revue-des-mines/presentation-18088 

Article en PDF extrait de la Revue dans "Documents" ci-dessous.

Documents




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.