Actualité

Vue 292 fois
25 septembre 2019

Intermines
La France, eldorado des start-ups : Timothée RAMBAUD (P2000)

Azza MEGARBANNE (P79), nouvelle conseillère Carrières spécialisée start-ups,

interview Timothée RAMBAUD (P2000), co-fondateur de Legalstart 


 

Parle-nous de ta startup ?

Legalstart, c'est une plate-forme en ligne qui permet à un entrepreneur de gérer l’ensemble de ses démarches administratives et juridiques, simplement, rapidement et à moindre frais sans pour autant faire l'impasse ou l'économie d'un service personnalisé.

Créé en 2014, Legalstart c’est environ 60 personnes, avec une moyenne d’âge de 26 ans. C’est actuellement le plus gros acteur de la création d'entreprise en France, avec environ 10% de part de marché. On a accompagné pas loin de 150 000 entrepreneurs. Nos statistiques sont assez représentatives de l'entrepreneuriat en France ! Nos clients c’est tout le monde : le chauffeur uber, l’artisan, le commerçant, la boite de conseil, le freelance, les startups diverses et variées, …

 

Pourquoi et pour quoi ?

Legalstart est né du constat que les entrepreneurs et les petites boîtes ne disposent pas de solutions de services adaptées à leurs besoins et à leurs moyens, alors même que les besoins juridiques et administratifs du quotidien des entrepreneurs sont souvent similaires : création de société, dépôt de marque, recrutement,… On évalue même que, dans toutes les disciplines du droit, 85 % du contenu d'un document est standard. Pour adapter un document à une situation, il suffit donc de modifier 15% du contenu. On a donc utilisé la technologie pour développer un mécanisme qui a permis d’automatiser et de générer à 100 % un document de façon super performante.

L'autre opportunité de marché est liée au fait que les acteurs existants, les avocats, les experts-comptables, n’ont jamais été sensibilisé à l’intérêt de la technologie. Ce cadre concurrentiel a aussi contribué à créer cette opportunité.

 

Tes objectifs à court et moyen terme ?

On s’est intéressé au marché désintermédié, c’est-à-dire aux gens qui veulent se débrouiller seuls dans leurs démarches. Il faut savoir que le marché de la création d’entreprise reste encore très intermédié (environ 60%). On essaie de faire bouger ce curseur. On lance aussi une solution Legalstart pro, un SaaS à destination des avocats, des experts comptables et des notaires pour améliorer leur performance.

En parallèle, on étoffe notre offre de services pour répondre à l’ensemble des besoins des entrepreneurs. L’idée c’est de faire de Legalstart le one-stop-shop du service juridique et administratif de l'entrepreneur, un Hub pour traiter 100 % de leurs besoins directement ou via des partenaires. Les entrepreneurs ont donc accès à des offres privilégiées grâce à nos partenaires, et ce dans un grand nombre de domaines (mutuelle, compta, assurance, etc).

 

L’entreprenariat ? Une vocation ? Une envie ?

J’ai tout de suite travaillé après mon diplôme en 2003. Avec une spécialisation finance, j’ai commencé par un VIE à New-York à la BNP Paribas. Une expérience vraiment très sympa !

En 2005, dans la continuité d’un parcours très scolaire avec une bonne formation, j’ai rejoint Goldman Sachs. J’avais déjà identifié que ce qui me passionnait c’était la partie business et stratégie. C’est donc assez naturellement que j’ai évolué vers l’investissement, en m’impliquant véritablement dans la stratégie et le suivi des participations dans lesquelles on investissait.

Cela m'intéressait tellement que, très vite, j’ai voulu me rapprocher encore plus de l'opérationnel. J'avais un gros désir d’indépendance, de prendre mes décisions seul, de faire mes propres erreurs et d'avoir mes propres succès ; j’ai alors décidé de monter mon projet avec Pierre Aïdan, avocat, que j'ai rencontré à New York en 2003.

En 2013, je quittais donc un environnement extrêmement confortable avec de belles perspectives. Je ne voulais pas me réveiller 10 ans plus tard en ayant des regrets et me trouver dans une prison dorée à ne plus être capable de prendre des risques

 

Ta formation initiale : une bonne base ?

Même si je suis ingénieur, je ne connaissais rien au métier du web mais le challenge m'intéressait. Toute ma vie, j'ai appris à apprendre !

J’ai également dû me former à d’autres disciplines comme par exemple le marketing digital, essentiel pour l’acquisition clients, en attendant de recruter le Directeur Marketing, bien meilleur que moi.

 

Les premières années. Quels accompagnements, aides et financement ?

On a commencé dans un incubateur, Agoranov. C’était un cadre top avec beaucoup d'émulation. On a bénéficié des aides de la BPI et de la région, on a été accompagné par le Réseau Entreprendre et on a également été lauréats du Concours de l'innovation numérique. Au total, nous avons eu accès à presque 1 million d’euros entre les subventions, les prêts d’honneur, et les incitations fiscales avec le statut JEI (jeune entreprise innovante) ainsi que le CIR ( Crédit Impôt recherche).

Nous avons donc pu nous autofinancer dès le lancement de la société, ce qui montre que notre produit répondait à un réel besoin.

 

La clé du succès ?

Nous avons eu de la chance, toutes les étoiles étaient bien alignées. Nous sommes très vigilants sur le fait que nous offrons un service automatisé, en étant très attentif à notre service client. Sans cette assistance, Legalstart ne marcherait pas. On a fait un sondage récemment sur les raisons pour lesquelles les utilisateurs font appel à nous. Ce n’est pas le prix qui remonte en premier, c'est la simplicité et la rapidité, c’est-à-dire l'expérience utilisateur, l'assistance et l'accompagnement.

 

Quels conseils pour ceux qui veulent se lancer ?

Un conseil essentiel, c'est de faire les bons recrutements. Nous avons recruté que des bonnes personnes qui partagent les mêmes ambitions et les mêmes valeurs. La différence entre un bon recrutement et un mauvais recrutement, c’est énormément d’impact, de temps gagné ou perdu. Nous avons aussi fait le pari de recruter que des jeunes presque sortis d'école avec une faible expérience en se disant qu'on allait les former à travailler.

 


Le mot de la fin : Osez, lancez-vous et itérez !

« Si vous n’avez pas honte de votre produit, c’est que vous l’avez sorti trop tard ». 

(Reid Hoffman, co-fondateur de Linkedin)


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.