Actualités

Partager sur :

Intermines
Carrières * La peur, une émotion que l'on cache en entreprise

21 juillet 2022 Actualités
Vue 1068 fois

Dans le monde animal (auquel nous appartenons), la peur est indispensable à la survie : elle alerte face au danger en mobilisant les ressources nécessaires pour s’y soustraire, telle, chez les mammifères, la sécrétion intense d’adrénaline par la proie pour qu’elle puisse fuir le prédateur ou s’en défendre.

Dans une société humaine développée grâce à l’économie de marché, l’entreprise est semblablement menacée : la concurrence est rude.

Mais, attentive à son environnement externe et à son évolution interne, elle sait évaluer les risques à prendre et anticiper ceux à éviter pour, sinon se développer, du moins se maintenir. Elle est en elle-même un complexe dispositif de parades aux dangers. De ce fait (en reprenant la notion de Servigne et Chapelle dans leur décapant ouvrage L’Entraide, l’autre loi de la jungle), l’entreprise fonctionne comme une « membrane » qui « contient, protège, garantit une identité et filtre les échanges avec l’extérieur », pour qu’en son sein, les employés puissent se sentir aussi sécurisés (et donc être aussi performants) que possible. Et pourtant…

La peur n’évite pas le danger

La vie en entreprise n’étant pas un long fleuve tranquille, il est fréquent qu’un collaborateur ait peur durant son exercice professionnel, sans être pour autant un ergophobe qui va au boulot la trouille au ventre ni la victime de ses propres fragilités (manque d’assurance intrinsèque ou surmenage conjoncturel).

Mais la peur n’a pas droit de cité dans l’entreprise : l’avouer serait douter publiquement de soi et donc s’auto-disqualifier.

N’empêche, sa gamme est étendue  : peur de l’incertitude du changement, peur de réclamer les moyens manquants pour venir à bout de sa charge de travail, peur de ne pas maîtriser l’afflux d’informations, peur de ne pas être à la hauteur d’une augmentation des objectifs, peur de ne pas faire face à un rapport de force, peur de perdre le contrôle en déléguant, peur de l’appréciation de son entourage (hiérarchie, collègues et/ou collaborateurs), peur d’une visibilité accrue qui exposerait trop, peur de perdre en compétences si on ne les actualise pas en permanence, peur d’être privé de son minimum de convivialité vital, peur de trahir ses propres valeurs, peur de sortir de sa zone de confort…

Peur stimulante ou peur inhibante ? C’est la dose qui fait le poison.

Si, à petite dose, chacune de ces peurs accroît la lucidité pour repérer ce qui peut compromettre la performance ou dissuader d’une prise de risque inconsidérée, à forte dose, elle fait perdre ses moyens. Cette peur n’évite pas le danger, elle ne fait au contraire que l’aggraver, puisqu’en tant que source de stress, elle bloque les capacités qui permettraient justement de le confronter et d’y parer au mieux.

 

La peur fait finalement plus mal… que le mal qu’elle redoute !

À la censure que l’entreprise impose à l’expression de la peur, il importe de ne pas rajouter sa propre censure intérieure.

La peur non repérée en soi et donc non constatée finit par faire plus mal que le mal qu’elle redoute et qui n’est pas encore advenu, le pire n’étant jamais sûr…

C’est seulement en prenant conscience de telle peur qui nous assaille soudain, puis en admettant qu’elle est pertinente pour nous-même, qu’on redevient en mesure de la juguler. En effet, chaque peur nous instruit en identifiant sur ce qui nous coûte le plus dans notre exercice professionnel du moment.

Rappelons-nous d’abord que c’est le propre de l’humain, tout au long de son évolution, d’avoir eu peur face aux dangers et d’avoir toujours su les surmonter.

Ce processus d’accueil attentif de ses propres peurs permet de retrouver nos fameuses soft skills, ces savoir-être justement si utiles pour triompher des obstacles effrayants : la confiance en soi, la créativité, l’écoute empathique, l’intelligence émotionnelle pour une approche adéquate d’autrui, une présence de qualité qui conjugue assertivité et bienveillance, une curiosité pour les situations inconnues, une vision des possibles développements et, surtout, l’audace de descendre dans ce qu’on avait d’abord pris pour une fosse aux lions…

Revient aux dirigeants de prendre enfin conscience de ce tabou de « la peur cachée », pour que l’entreprise remplisse au mieux sa mission de « membrane » sécurisante, seul moyen de promouvoir chez les collaborateurs ces soft skills que les DRH disent tant appeler de leurs vœux.

Egoprism Talent Management NL 38 (Juillet 2022)




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.